Présentation

MAURER Bruno


Ce numéro est le dernier conçu selon une logique ouverte de collaboration, de type publication de Varia. La formule avait son avantage, permettant à des chercheurs de diffuser très rapidement les résultats de leurs recherches sans devoir attendre une thématique de numéro dans laquelle ils puissent s'inscrire. Elle occasionnait cependant un manque de lisibilité qui était le revers de cette belle médaille.

À partir du numéro 70, la revue Travaux de didactique du FLE va fonctionner selon une logique thématique, avec des numéros centrés autour de problématiques chaque fois différentes et les articles publiés seront rassemblés après des appels à communication. Nous entendons toutefois continuer à pouvoir accueillir en fin de chaque volume un ou deux articles de varia, afin de garder un peu de cette souplesse qui a toujours fait la force de la revue.

Les articles de ce numéro concernent les deux champs de la didactique du français langue non-maternelle : le français langue seconde, en France ou à l'étranger, le français langue étrangère proprement dit.

Autour du FLS, quatre articles sont rassemblés :

Bruno Maurer, « De quoi le FLS est-il le nom en 2017 ? », dresse un historique du FLS depuis son apparition, sur le terrain africain jusqu'à ses plus récents développements ; l'auteur analyse les étapes par lesquelles, peu à peu, les réalités didactiques qui constituaient l'essentiel des préoccupations des auteurs – le français en contexte post-colonial - ont été remplacées par d'autres, celles du français pour migrants, une évolution qui témoigne de l'importance prise par ce dernier terrain dans le champ  du FLS.

L'article de Marie-Pascale Hamez « Les outils didactiques des professeurs de français langue seconde, en France, dans l’enseignement secondaire » s'inscrit précisément dans ce dernier cadre en s'intéressant  aux outils didactiques sur lesquels s'appuient les enseignants de classe d’accueil dans les collèges français, d'après une enquête réalisée sur la base de déclarations de pratiques enseignantes.

Nadia Grine dans « Les Algériens et la maitrise de la langue française dans l’imaginaire d’un groupe d’étudiants algériens » propose de rendre compte des représentations du degré de maîtrise du français caractérisant la population algérienne de façon générale, de manière à, dans un second lieu, faire émerger ce qui représente, dans l’imaginaire de ses enquêtés, « Le modèle » en matière de maîtrise du français. Sa contribution porte donc sur la norme en situation de FLS, une question sociolinguistique essentielle pour toute didactique du français et cruciale pour l'avenir du français en Algérie.

Regina Véronique Odjola traite quant à elle de « L’alphabétisation fonctionnelle dans les associations au Burkina-Faso », en examinant les motivations de ces personnes qui passent par un processus d'alphabétisation dans un pays où, pourtant, l'enseignement formel fonctionne en français. Il s'agit d'un long article, compte-rendu de recherche, que nous avons souhaité publier intégralement en ce qu'il rend bien compte des fonctionnements associatifs de ce milieu de l'alphabétisation ;  les analyses initiales des situations d'alphabétisation sont précieuses pour comprendre la fin de l'article, notamment les préconisations faites par l'auteure en matière de stratégies à adopter pour une alphabétisation mais également une post-alphabétisation efficaces.

L'enseignement du FLE est abordé par quatre contributions portant sur des terrains américain, français, grec.

Frédérique Grim dans « Encourager des étudiants de français langue étrangère à un apprentissage autonome » expose les conditions  de mise en place d'un service communautaire pour les étudiants d’une université américaine, qui sont invités à enseigner le français (leur langue étrangère) dans des écoles maternelles ou primaires de la collectivité : l'auteure pense que cette expérience seraient reproductible pour des lycéens et donc susceptible de concerner un très large public d'apprenants. Elle présente les multiples avantages de ce type de dispositif innovant.

La proposition de Gisèle Pierra propose également des pistes innovantes. « Mise en voix et en espace de textes dramatiques ou poétiques » explore les conditions, les apports également d'une pratique esthétique de la parole lors de l'apprentissage du français langue étrangère. Se croisent dans cette réflexion en didactique des langues/cultures la question de l’esthétique langagière produite par la performance scénique de textes (plus spécifiquement de textes poétiques) et celle de certaines acquisitions possibles en langue nouvelle. Au centre se trouve le Dire du sujet de la parole en langue étrangère qui met en jeu le corps et la voix scéniques entre les langues et les cultures. La langue nouvelle est considérée en tant que matière sonore, rythmique, relationnelle et métaphorique, chaque fois articulée de façon spécifique aux divers contextes linguistiques et culturels dans lesquels elle s’acquiert.

Kanella MenoutiApproche d'une situation pédagogique complexe ») étudie les processus des apprenants dans le contexte très particulier d'un collège de Grèce où toute notion d'autorité a disparu à l'issue d'un processus singulier dont elle décrit très bien les étapes. C'est le témoignage très fort d'une enseignante qui tente d'analyser les possibilités de continuer à travailler (ou même à exister, à être...) dans ce contexte particulier et qui explore les voies de l'activité épilinguistique. A travers ces analyses, c'est tout le rapport à la langue qui se trouve finalement interrogé, dans une réflexion qui fait écho, de loin en loin, aux préoccupations de Gisèle Pierra.

Le dernier article de ce numéro offre une réflexion rare, celle de la possibilité de maintenir un enseignement humaniste, dans lequel peut se concevoir l'enseignement d'une langue étrangère non directement « rentable », comme le français, dans une période de crise économique aiguë telle que la connait la Grèce depuis le début des politiques d'ajustement structurel. L'article de Nikoleta Migdalias s'intitule « L'enseignement-apprentissage du FLE en Grèce ».

Sommaire

  • Articles sur le FLS
  1. Bruno Maurer, « De quoi le FLS est-il le nom en 2017 ? Petite histoire d’une captation de concept »
  2. Marie-Pascale Hamez, « Les outils didactiques des professeurs de français langue seconde, en France, dans l’enseignement secondaire : analyse de déclarations de pratiques enseignantes »
  3. Nadia Grine, « Les Algériens et la maitrise de la langue française dans l’imaginaire d’un groupe d’étudiants algériens »
  4. Regina Véronique Odjola, « L’alphabétisation fonctionnelle dans les associations au Burkina-Faso : cas de l’Association Féminine du secteur n°8 de Koudougou »
  • Articles sur le FLE
  1. Frédérique Grim, « Encourager des étudiants de français langue étrangère à un apprentissage autonome : un projet de service communautaire »
  2. Gisèle Pierra, « Mise en voix et en espace de textes dramatiques ou poétiques. Une approche esthétique et subjective de la parole en didactique des langues/cultures »
  3. Kanela Menouti, « Approche d'une situation pédagogique complexe : l'activité épilinguistique comme déclencheur d'apprentissage »
  4. Nikoleta Migdalias, « L'enseignement-apprentissage du FLE en Grèce, en période de crise : l'exemple de Kavala ».