Présentation

Ce numéro est le dernier conçu selon une logique ouverte de collaboration, de type publication de Varia. La formule avait son avantage, permettant à des chercheurs de diffuser très rapidement les résultats de leurs recherches sans devoir attendre une thématique de numéro dans laquelle ils puissent s'inscrire. Elle occasionnait cependant un manque de lisibilité qui était le revers de cette belle médaille.

À partir du numéro 70, la revue Travaux de didactique du FLE va fonctionner selon une logique thématique, avec des numéros centrés autour de problématiques chaque fois différentes et les articles publiés seront rassemblés après des appels à communication. Nous entendons toutefois continuer à pouvoir accueillir en fin de chaque volume un ou deux articles de varia, afin de garder un peu de cette souplesse qui a toujours fait la force de la revue.

Les articles de ce numéro concernent les deux champs de la didactique du français langue non-maternelle : le français langue seconde, en France ou à l'étranger, le français langue étrangère proprement dit.

Lire la suite...

De quoi le FLS est-il le nom en 2017 ? Petite histoire d’une captation de concept

Le concept de français langue seconde est né au cours de la décennie 1980 de la prise de conscience du caractère trop général du concept de français langue étrangère et du fait que celui-ci n’était pas apte à rendre compte de situations aussi différente que celle d’un enseignement du français dans une Alliance française en Colombie, un Institut en Russie et une université chinoise d’une part et dans une école de Dakar ou un centre d’alphabétisation de Madagascar… ou de France, d’autre part. Le caractère « étranger », s’il correspondait assez bien aux premiers contextes, était de toute évidence impropre pour rendre compte de situations où le français était la langue de l’administration et de l’école. Et l’appellation de langue première ou de langue maternelle ne convenait pas non plus, attendu que le français n’était que rarement la langue de première socialisation des élèves. Si j’ai mentionné un centre d’alphabétisation, fictivement situé à Madagascar ou en France, parmi les lieux d’apprentissage du FLS, c’est à dessein que je l’ai fait pour souligner que parmi les situations relevant du FLS figuraient originellement celles relevant d’un enseignement non formel ainsi que celles conçues pour des publics de migrants, mais que celles-ci n’étaient pas centrales dans le champ de préoccupation des didacticiens.

Pour aller tout de suite à l’essentiel, je poserai que la situation en 2017 a considérablement évolué au cours de la dernière décennie au point que, aujourd’hui, associées au concept apparu entre temps de FLscol, dont il me faudra également retracer les conditions d’apparition et les lignes de développement, les situations didactiques relevant des pays africains – et qui concernent en quantité le plus grand nombre d’acteurs, enseignants et élèves - n’apparaissent plus que comme marginales dans les usages du concept de FLS, alors que dominent largement celles qui réfèrent à l’apprentissage du français en France par des migrants.

Comment en est-on arrivé là ? Quelles sont les implications de cet état de fait ? C’est à répondre à ces deux questions que cet article est consacré, à partir d’une petite histoire du FLS... et du FLscol.

Lire la suite...

Encourager des étudiants de français langue étrangère à enseigner de manière autonome : un projet de service communautaire

Afin d’être aussi efficaces que possible dans l’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère, il est primordial que les enseignants intègrent divers éléments pédagogiques dans leurs cours, en commençant par une mise en contexte thématique, en intégrant des situations aussi réelles que possible et en présentant les fonctions et les cultures rattachées à la langue. Un des défis auxquels les enseignants font face est de trouver des moyens pour exposer leurs étudiants à des situations proches de la réalité, afin d’encourager l’apprentissage de la langue. Depuis quelques années, l’idée d’apprendre par un service communautaire émerge dans le langage des pédagogues et des chercheurs (Bloom, 2008; Caldwell, 2007; Gascoigne Lally, 2001; Goldberg, McCormick Richburg & Wood, 2006; Grassi, 2003; Heuser, 1999; McKenna & Rizzo, 1999; Morris, 2001; Overfield, 1997; Rosengrant, 1997; Schrier, 1996). En effet, la méthode d’apprentissage par le service communautaire semble combler ce manque de situations réelles pour les apprenants, tout en leur fournissant une expérience très riche. Cet article présente un exemple de service communautaire mis en place pour les étudiants d’une université américaine, et facilement reproductible pour des lycéens. La langue étrangère utilisée dans ce projet est le français, mais toute autre langue peut être utilisée également.

Lire la suite...

Les outils didactiques des professeurs de français langue seconde, en France, dans l’enseignement secondaire : analyse de déclarations de pratiques enseignantes

Cet article tente d’apporter une contribution à la connaissance du travail des professeurs de français langue seconde au collège, en France. L’étude des réponses apportées à vingt-cinq questionnaires permet d’identifier les ressources mobilisées par les enseignants pour aménager le contexte didactique en unité pédagogique pour élèves allophones arrivants en France (UPE2A). Elle témoigne, dans ce contexte particulier, d’une part, d’un besoin urgent de documents pédagogiques adaptés et, d’autre part, de l’ingéniosité des enseignants de classe d’accueil qui mettent en synergie les outils des différents grands domaines de l’enseignement du français (français langue étrangère, français langue première, français langue seconde).

Lire la suite...

Mise en voix et en espace de textes dramatiques ou poétiques. Une approche esthétique et subjective de la parole en didactique des langues/cultures

Deux préoccupations langagières se croiseront dans cette réflexion en didactique des langues/cultures : celle de l’esthétique langagière produite par la performance scénique de textes (ici plus spécifiquement de textes poétiques) et celle de certaines acquisitions possibles en langue nouvelle. Au centre de cette question se trouve le Dire du sujet de la parole en langue étrangère qui met en jeu le corps et la voix scéniques entre les langues et les cultures. La langue nouvelle est ici considérée en tant que matière sonore, rythmique, relationnelle et métaphorique, chaque fois articulée de façon spécifique aux divers contextes linguistiques et culturels dans lesquels elle s’acquiert.

Cette réflexion tentera de formuler un langage critique afin de mettre des mots sur le caractère mixte de cette (ces) parole(s) en FLE d’apprenants en situation à la fois publique et pédagogique. Les poètes travaillés dans les cours qui ont inspiré cette réflexion sont pour l’instant et entre autres, La Fontaine, Baudelaire, Rimbaud, Michaux, Queneau, Tardieu...(des documents vidéos et audios existent déjà et d’autres seront réalisés.)

Lire la suite...

Approche d'une situation pédagogique complexe : l'activité épilinguistique comme déclencheur d'apprentissage

Les réflexions qui suivent sont issues d’un travail de thèse en Sciences du Langage, au sein de l’équipe Dipralang de l’université Montpellier 3, intitulé : Comment conjuguer le présent du verbe « être » ? Approche anthropologique et didactique d’une situation pédagogique complexe à travers l’enseignement d’une langue étrangère : le cas d’une école insulaire en Grèce.

Lire la suite...

L’alphabétisation fonctionnelle dans les associations au Burkina-Faso : Cas de l’Association Féminine du secteur n°8 de Koudougo

Le présent travail porte sur l’alphabétisation, particulièrement dans les associations au Burkina Faso. On pourrait d’ores et déjà se poser la question : pourquoi alphabétiser (surtout les femmes) en langues nationales puisqu’il existe déjà un système formel d’enseignement au Burkina Faso ? L’alphabétisation en langues nationales permettra-t-elle d’adapter le système éducatif aux besoins du pays ?

Le Burkina fait face à de nombreux défis de développement dus en partie à l’analphabétisme d’une grande partie de sa population. Cela a pour conséquence immédiate la réduction de la réceptivité des populations aux enjeux du développement. De plus cela ne leur permet pas d’avoir des informations techniques sur leurs domaines activités.

Sachant qu’il faut des hommes et des femmes compétents pour promouvoir le développement à la base, des actions sont entreprises aussi bien au niveau de l’État, des Organisations non gouvernementales (ONG) que des collectivités locales. Ces actions consistent à mener des activités d’alphabétisation et de formations techniques. Au nombre de ces collectivités figure l’Association des Femmes de Koudougou (l’AFK). Cette association à travers des séances d’alphabétisation veut offrir à des personnes illettrées des chances d’optimiser leur rentabilité.

Lire la suite...

L'enseignement-apprentissage du FLE en Grèce en période de crise : l'exemple de Kavala

Dans un pays submergé par une crise systémique, tous les secteurs de la société subissent des impacts choquants, y compris l'éducation et, par conséquent, le domaine de la langue française comme langue étrangère. La Grèce, comme tous les pays européens, promeut officiellement le plurilinguisme. Pourtant, face aux contraintes économiques provoquées par la situation actuelle, cette diversité linguistique dans le milieu scolaire peut-elle continuer à exister ? Si nous supposons que la réponse à cette question est non, quelles sont les conséquences dans le domaine du FLE dans ce pays, et surtout celles qui ont un impact sur les acteurs de ce domaine, comme les enseignants et les apprenants de la langue française ? Confronté à la menace d'un monolinguisme centré sur l'anglais, est-il possible de sauver le statut de la langue française dans le système éducatif grec ?

Lire la suite...