Logo numerev

TDFLE numéro hors-série FLS – 4

Le rôle des institutionnels (ministères, partenaires techniques et financiers), des ONG et de l'expertise dans les réformes éducatives liées à l'enseignement des langues dans les contextes de FLS

Coordination : Bruno Maurer (Université Paul-Valéry Montpellier 3) – Laurent Puren (Université de la Réunion)

Appel permanent

 

Le propos de ce numéro est d’essayer de prendre la mesure, à travers des cas concrets, de l’influence des milieux institutionnels (nationaux et internationaux) et associatifs ainsi que de l'expertise (locale et internationale) dans l’enseignement des langues de scolarisation en Afrique subsaharienne, au Maghreb, en Haïti et dans l’Océan indien.

À un premier niveau, la gestion des systèmes éducatifs est bien évidemment une question politique dont dépendent très largement les options en matière de langue de scolarisation, de langue d’enseignement, de langues enseignées. Les Ministères nationaux sont au premier plan en ce qui concerne cette question, même s’ils ne sont pas les seuls acteurs, d’autres intervenant pour ce qui est de la mise en oeuvre des décisions (coopérations bilatérales ou multilatérales, organisations non gouvernementales, associations d’enseignants ou de parents d’élèves, syndicats professionnels, cabinets d’expertise, implication d’universitaires).

À un deuxième niveau, celui des modèles d’enseignement des langues adoptés pour mettre en oeuvre ces choix systémiques, il est important de considérer que la didactique des langues, puisque c’est d’elle qu’il s’agit ici, n’est pas une discipline scientifique tout à fait comme les autres en ce sens qu’elle est très étroitement liée à des institutions politiques. L’histoire de l’enseignement du FLE montre le poids des institutions dans les orientations didactiques de cette discipline, depuis les recommandations de l’Inspection générale française dans la mise en place de la méthodologie directe au début du XXe siècle jusqu’à l’emprise croissante du Conseil de l’Europe à travers le Niveau Seuil et l’approche communicative qui en a découlé puis avec le CECRL et son influence considérable sur les pratiques et représentations de l’enseignement des langues. On connaît l’engagement déjà ancien de l’UNESCO pour l’enseignement dans les langues premières ; la Francophonie a depuis longtemps (encore ACCT et aujourd’hui OIF) accompagné des expériences d’articulation des langues africaines et du français ; on sait aussi que la position de la France, acteur incontournable, n’a pris le visage d’une francophonie plus ouverte, moins strictement axée sur une école seulement en français, qu’après les États généraux de l’Enseignement du français en Afrique subsaharienne (Libreville, mars 2003), avec comme premier engagement notable le lancement en 2008 de l’étude LASCOLAF, sur les langues de scolarisation en Afrique subsaharienne, aux côtés d’autres acteurs, l’AFD, l’AUF et l’OIF. On mesure le chemin parcouru par la France avec la participation du MAE à la Conférence organisée par le CIEP « Réussir l’éducation en Afrique : l’enjeu des langues », les 27 et 28 mars 2014 puis à l’organisation par le même MAE du Séminaire international « Lire et écrire en contexte plurilingue. Améliorer les apprentissages premiers, un défi pour la Francophonie », les 31 mai et 1er juin 2016.

Aujourd’hui, dans les différents pays du champ couvert par notre problématique, il est aisé de repérer quelques acteurs que l’on retrouve dans différents pays : l’OIF (via le projet ELAN ou son institut IFEF de Dakar), l’AUF (par le biais d’IFADEM), l’AFD et l’USAID par le soutien financier à plusieurs projets, le BIEF à travers l’appui à des réformes curriculaires qui ont un impact en matière de langues, la Chaire UNESCO en développement curriculaire de Montréal sur le même terrain...

Leur travail est réalisé en articulation avec les Ministères nationaux, avec des ONG internationales ou nationales impliquées dans l’enseignement, avec l’appui d’experts internationaux.

Pour ce qui est de l’enseignement du français et des autres langues dans les contextes traditionnellement analysés comme relevant du FLS, il faut donc prendre en compte, au-delà des Ministères, et c’est l’objet de ce numéro, l’ensemble des acteurs qui interviennent :

  • Ministères en charge de l’éducation en Afrique : les différentes Directions nationales impliquées (discours, circulaires, cadrages, outils curriculaires, manuels) ;
  • Partenaires techniques et financiers bilatéraux : les différentes agences nationales de coopération (MAE français par le biais des SCAC dans les pays, AFD, USAID, ACDI, GTZ, ENABEL, etc. ;
  • Partenaires techniques et financiers multilatéraux : ONU, UNESCO, OIF, AUF, ADEA, Banque Mondiale, Union Africaine, etc. ;
  • ONG internationales et/ou étrangères ;
  • ONG nationales ;
  • Bureaux d’étude et de formation : CIEP, BIEF, CIAVER,  etc. ;
  • Enseignantschercheurs nationaux ou étrangers intervenants dans le cadre de l'expertise ou de la coopération.

 

On analysera, de manière tant diachronique que synchronique chez ces différents acteurs :

  • leurs conceptions des langues et de leur rôle dans les sociétés, dans les processus de développement ;
  • leurs priorités en matières de langues de scolarisation et d’enseignement des langues ;
  • le niveau de leur intervention ;
  • la nature de leurs actions en examinant les dispositifs mis en place avec leur soutien ;
  • les moyens mis à disposition, humains, techniques et technologiques, financiers ;
  • la manière dont ces acteurs articulent (ou pas) leurs actions en matière de politique linguistique éducative et d’enseignement des langues, et donc les potentielles tensions (idéologiques, théoriques, méthodologiques) qui peuvent se manifester lors de montages de projets et/ou dans le cadre de la mise en oeuvre de dispositifs pédagogiques.

 

 

Bibliographie

 

Hirtt, N. (2009). L’approche par compétences : une mystification pédagogique. L’école démocratique, 39, septembre. En ligne http://www.skolo.org/IMG/pdf/APC_Mystification.pdf

Maurer, B. (2007). De la pédagogie convergente à une didactique intégrée. Langues africaines-langue française. Paris : OIF-L’Harmattan.

Maurer, B. (2008). La Banque Mondiale a-t-elle une position vis-à-vis de la francophonie (à Madagascar) ? Communication au colloque international « Francophonie, définitions, représentations », Université de Genève, 23-25 novembre 2006. Le français en Afrique, revue du CNRS, 23, 7-19.

Maurer, B. (2011). Enseignement des langues et construction européenne. Le plurilinguisme, nouvelle idéologie dominante. Paris, Editions des archives contemporaines.

Maurer, B. (2018). Les systèmes éducatifs africains en recherche de qualité pris au piège des réformes curriculaires : le cas du Niger et l’approche par les situations. In L. Puren, & B. Maurer (Éds.), La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne. Regards croisés sur la didactique des langues et les pratiques enseignantes (pp. 257-284). Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, Collection Champs Didactiques Plurilingues.

Puren, L. & Maurer, B. (Éds.) (2018), La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne : regards croisés sur la didactique des langues et les pratiques enseignantes (pp.119-136). Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, Collection Champs Didactiques Plurilingues. 

Puren, L. (2018). Les Comores, entre APC et IFADEM. Des cahiers de situations aux livrets d’auto-formation : les limites de l'approche "top down" dans les réformes éducatives. In L. Puren, & B. Maurer (Éds.), La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne. Regards croisés sur la didactique des langues et les pratiques enseignantes (pp. 225-256). Bruxelles, Bern, Berlin, New


Cliquez ici pour répondre à l'appel. Si vous n'êtes pas connecté(e) / inscrit(e) sur NumeRev, vous serez redirigé(e) vers la page correspondante.